Blog

"J'écris pour ne pas fermer les yeux moi aussi, je gagne le pays de ma colère." (Dominique Sampiero)

C'est sur ce blog que je ferai connaître mes points de vue, issus pour la plupart de mon livre mort-né "Attention aux autres". Ils paraîtront au rythme d'un par semaine, tous les lundis à partir du 31/10/2011.

C''est mon "Indignez-vous" à moi. Criant Réagissez ... 


Détails pratiques :

Attention ! Les billets "s'empilent" chronologiquement. Si vous prenez le train en marche et voulez lire les billets dans l'ordre de parution, il faut donc commencer tout en bas ("Exergue").

Si vous voulez laisser un commentaire, cliquez sur le titre du billet qui vous intéresse : une fenêtre s'ouvrira à la fin du billet et vous pourrez y laisser votre commentaire.

Si vous voulez lire les commentaires des autres internautes et éventuellement y répondre, cliquez sur l'icône "commentaires" en haut de chaque billet.

 

 

Attention aux autres : Exergue


Ce livre est dédié à ceux qui, telle Antigone, ne sont pas « nés résignés ».

A ceux qui ne pratiquent pas systématiquement l'euphémisme de bon ton.

A ceux qui ne vont pas aux enterrements avec une mine de circonstance.

A ceux que les corridas, les combats de coqs et autres joyeusetés populaires, révulsent.

A ceux qui, en voyant le lapin dans leur assiette, pensent quelquefois au bel animal, si doux, si confiant.

A ceux qui ne trouvent pas si "naturel" que ça de mettre des enfants au monde.

A ceux qui écoutent vraiment les paroles de La Marseillaise

et qui se demandent comment on peut chanter sans honte Qu'un sang impur abreuve nos sillons.

A ceux qui s'indignent de la bêtise, de la méchanceté, de l'injustice, du malheur, de la vieillesse, de la mort.

A ceux qui ne disent pas « merci » quand ils prennent une claque dans la gueule

ni « bravo » quand les autres en prennent une.

A ceux qui, dans la merde de la condition humaine jusqu'au cou, n'ont pas peur d'y faire des vagues.

A ceux qui crient, qui pleurent, qui gueulent

Et tant pis si ça ne sert à rien

Ça sert à dire Je suis un homme, pas un mouton qu'on mène à l'abattoir et qui bêle son consentement.

A ceux qui...

Que de monde, que de monde !

C'est à se demander pourquoi, certains soirs, on se sent aussi seul.