N'aimer personne extraits

Extrait 1 (Une histoire de bicyclette)

Moi, quand j’aurai onze ans, je prendrai un vélo et je me ferai écraser par un autobus.

J’ai seulement dix ans, encore un an à attendre.

J’ai pas de vélo, mais c’est pas grave, je prendrai celui de ma copine Clara.

Je ne sais pas non plus monter dessus, mais c’est pas grave, l’autobus, il passe juste devant la maison, j’aurai pas besoin d’aller loin.

Le vélo, après, il sera tout tordu. Il y aura du sang partout, sur la route, sur l’autobus, sur le trottoir que j’aurai cogné avec ma tête, partout. Et moi je serai morte. C’est mon père qui en fera une tête !

Mon père, il dit toujours Non, pas de vélo, Séverine, c’est trop dangereux. Alors, il me conduit à l’école et il vient me rechercher en voiture, j’ai l’air idiot devant tous mes copains, c’est la honte.

Et pourquoi David, il avait eu un vélo pour ses neuf ans, lui ? C’est pas juste.

 

Extrait 2  (Nevermore)

Je n’aurai plus jamais de chien, on est trop malheureux quand ils meurent. Et je n’aimerai personne non plus, on est trop malheureux quand ça ne dure pas. Et ça ne dure jamais. Regarde ta mère avec David, regarde mon père qui s’est barré, franchement, tu peux croire qu’aimer, ça rend heureux ? J’ai lu dans un bouquin de Cavanna : « Il faudrait n’aimer personne ». Il a drôlement raison.