Une idée des thèmes

1e nouvelle : « Bonne fête, Maman ». A chaque Fête des Mères, une jeune fille écrit à sa mère des lettres qu’elle n’enverra jamais puisqu’elle est née sous X.. Elle lui raconte toutes les « conneries » qu’elle fait pour se venger d’avoir été abandonnée.

 2e nouvelle : « Et j’aime ça ». Le personnage a été conditionné pendant toute sa vie à aimer ce qu’on lui disait d’aimer, jusqu’à ne plus savoir ce qu’elle aimerait vraiment. On fait sa connaissance à 6 ans, puis on la retrouve à 12 ans, 25 ans, 40 ans, 80 ans …

 3e nouvelle : « Saute en l’air ». Une jeune femme est éprise depuis longtemps d’un homosexuel qui l’a toujours traitée en amie très chère et qui meurt du sida. Pendant qu’il s’éteint à l’hôpital, elle entame avec lui un dialogue amoureux imaginaire et nostalgique.

 4e nouvelle : « L’enfant aux yeux noirs ». Jérémie, 12 ans, ourdit un plan machiavélique pour se débarrasser d'un père qu'il déteste.

 5e nouvelle : « Voisin Voisine » ou comment les rapports de voisinage les mieux commencés peuvent virer au cauchemar et se terminer en fait divers.

 6e nouvelle : « Et se meurt l’espoir vert ». Une jeune femme très belle vient rendre visite à son mari qui meurt du sida à l’hôpital. Un médecin la croise dans les couloirs et en tombe instantanément amoureux.

 7e nouvelle : « Elle dit ». Dans ce texte très court, une jeune femme essaie vainement de « dire » quelque chose à son mari qui ne l’écoute pas, trop accaparé par les nouvelles à la télé.

 8e nouvelle : « Auto-stop ». Une jeune fille, en panne sur la route en pleine nuit, est contrainte de faire du stop, bien qu’elle soit persuadée que tous les hommes sont des violeurs en puissance. Un routier s’arrête…

 9e nouvelle : « Miroir miroir ». Une vieille dame qui a été très belle se trouve brutalement confrontée à son image dans le miroir, image qu’elle fuit depuis longtemps et ne peut supporter.

 10e nouvelle : « Repas funèbre ». C’est le texte le plus long (34 pages). Un repas organisé pour les funérailles d’une jeune femme tuée accidentellement est l’occasion de brosser le portrait des différents membres de la famille, principalement des femmes, qui prennent la parole alternativement pour donner leur point de vue sur cette drôle de famille où chacun, semble-t-il, a de sacrés comptes à régler.