J'ai écrit (et mis en scène pour le théâtre) ...

2014 : J'ai écrit et (pas encore) mis en scène

Cette pièce cherche une troupe susceptible de la monter. Avis aux amateurs !

 

Pour solde de tout compte

 

Le genre : comédie dramatique plutôt grinçante

Le thème : repas funèbre familial après l’enterrement de Sylvia, un des membres de la fratrie, renversée par une voiture alors qu’elle allait retrouver son amant, Eric. Le repas tourne au règlement de comptes.

Durée vraisemblable : 1h15

Nombre de comédiens : 14

dont

membres de la famille : 7 femmes + une enfant de 11 ans environ, et 4 hommes

1 croque-mort, un serveur et une serveuse, le serveur pouvant être joué par le même comédien que le croque-mort.

 

Personnages composant la famille :

 La mère, 75 ans environ, veuve depuis une douzaine d’années, atteinte d’une variante de la maladie d’Alzheimer avec troubles associés : paranoïa, agressivité… Elle alterne donc quelques phrases décousues et des agressions à l’égard de ses enfants, particulièrement Valentine, la plus jeune, qui lui a toujours servi de « punching-ball ».

Philippe, l’aîné, 45 à 50 ans, avocat, apparemment très sûr de lui, à cheval sur les convenances, autoritaire.

 Bénédicte, son épouse, même âge, sans profession, très smart, un peu pincée, parle peu, semble froide mais dissimule des sentiments violents

 Francis, 45 à 50 ans (une ou deux années de moins que Philippe), le « minable » de la famille

 Myriam, son épouse, plus jeune (doit être encore en âge de faire des enfants, en tout cas d’en vouloir). A été très jolie. A épousé Francis pour « faire une fin » après un grand chagrin d’amour. Ils n’ont pas pu avoir d’enfant et Myriam noie ses chagrins dans l’alcool.

 Annabelle, 35 à 40 ans,jolie femme, séduisante, apparemment très sûre d’elle. A quitté la famille depuis longtemps (une douzaine d’années), sans explications. N’est revenue que pour l’enterrement de sa sœur. Célibataire, pas d’enfants.

 Sylvia : 35 à 40 ans, sœur jumelle d’Annabelle (« fausse » jumelle, pas de ressemblance nécessaire). Fantôme de la jeune morte, célibataire, pas d’enfants. Personnalité assez effacée, a toujours vécu dans l’ombre de sa sœur, qu’elle admirait et adorait. A été « flinguée » par son départ brutal, dont elle a eu du mal à se remettre. Une vocation de « vestale », d’abord avec sa sœur puis avec les quelques hommes qu’elle a connus. A donc plus ou moins raté sa vie sentimentale, jusqu’à sa rencontre avec Eric.

 Valentine, 35 ans environ. A toujours été jalouse de la complicité qui unissait ses deux sœurs et surtout d’Annabelle, qu’elle détestait.

Est constamment dans l’agressivité et la revendication, à propos de tout, sauf avec Tante Béa, dont elle craint les esclandres, et avec sa mère, dont elle est « le bâton de vieillesse » et l’esclave consentante depuis toujours.

A des rapports difficiles avec sa fille (on comprendra après pourquoi).

Atteinte de logorrhée, c’est un véritable moulin à paroles, qui ne mesure pas toujours la portée de ce qu’elle dit.

 Vincent, son mari, même âge. Semble un peu planer. Laisse parler sa femme, sauf lorsqu’elle dépasse les bornes.

Prend la défense de sa fille contre sa femme chaque fois que ça lui semble utile.

 Mélanie, 11 ans, fille de Valentine et Vincent. Un côté Zébulon, toujours monté sur ressorts, ne tient pas en place.

On doit sentir dès le début un véritable antagonisme mère/fille, dont on ne comprendra les raisons qu’à la fin.

 La tante Béa, 65 ans, vieille fille aigrie et caricaturale. Ne s’est jamais mariée, par choix, mais fait grief à tout le monde de sa solitude. A reporté toute son affectivité sur son chien, dont elle ne se sépare jamais et qu’elle tient sur ses genoux pendant tout le repas

 Eric, 35 ans à 40 ans, l’amant de Sylvia

 Un serveur et une serveuse (peu de texte mais omniprésents)

 Un croque-mort (peut être joué par le même comédien que le serveur)

 

 

 

 

J'ai écrit et mis en scène : Le Cercle de famille en 2008

Le Cercle de famille est une pièce en cinq tableaux tirée de mes livres "N'aimer personne" (3 tableaux) et "Est-ce ainsi que les hommes vivent" (2 tableaux). Je l'ai mise en scène et elle a été jouée une quinzaine de fois par la troupe DeZastrenouvÔ-Théâtre à laquelle j'appartiens.

Ce spectacle a obtenu le Rotary d'argent au Festival de DENAIN en mai 2010.

Une histoire de bicyclette

 

 

Camille Dujardin dans le rôle de Séverine

L'Enfant aux yeux noirs

 

 

Hélène Dottin et Guillaume Couturier

dans les rôles de Jérémie et de son père

Ma mère, ma mère

 

 

Delphine Paillard dans le rôle d'Agrippine

Bonne fête, Maman

 

 

Alexandra Klamecki dans le rôle de Marie

Biographie

 

 

 

Cécile Hodson dans le rôle de Claire